Le toilettage

L’obligation du toilettage reste incontournable sur la race du Schnauzer, qu’il soit Géant, ou Nain.

La toilette du Schnauzer a pour effet de mettre en valeur la beauté de ses formes et son poil qui doit être rude et dur. Il ne faut jamais laver le Schnauzer à l’eau et au savon, ce qui ramollit son poil.

  • La toilette quotidienne : un bon coup de peigne toujours donné dans le sens du poil.
  • La toilette hebdomadaire : peignage complet au peigne couteau ou couteau à trimmer.
  • La toilette de saison chaude ou d’exposition : dès qu’il commence à faire chaud, ou six semaines avant une exposition, il faut faire toiletter le Schnauzer par un professionnel.

Le Schnauzer nécessite un toilettage particulier, un matériel approprié et une sculpture spécifique : les lignes du corps doivent être nettes, la tête est la partie la plus importante (sourcils, dessus du crâne, barbe, oreilles, chanfrein et coin de l’œil). Selon la qualité de poil de votre chien – dur ou relativement mou – l’épilation sera réalisée, soit au couteau, soit naturellement (avec les doigts).

L’épilation consiste à redonner une silhouette au chien. Des éleveurs utilisent un produit (craie ou autre) afin de faciliter l’arrachage du poil. L’épilation se déroule toujours dans le sens du poil (de la racine vers l’extrémité). Comme dans l’ordre d’un jugement individuel, on commence par la tête :au-dessus du crâne, la joue puis la barbe en recherchant un dégradé naturel. Le fouet doit être épilé sur toute se longueur. Avant-main et arrière-main, corps, ligne de dessous et flanc seront épilés, sans oublier le raccord de l’épaule.Poitrail, gorges, joues ventre, oreilles, dessous du fouet et intérieur des cuisses seront rasés. La finition de certaines parties (fouet, fesses, angulations) sera réalisée à l’aide des ciseaux à effiler.

Un spécialiste, avant de débuter, examine toujours la fourrure (longueur, texture, sous-poil, densité, longueur sur les membres) afin d’éviter de transformer votre Schnauzer en … Pinscher. On peut faire cette opération soi-même, mais il faut avoir reçu quelques leçons d’un homme de l’art et se montrer adroit et habile coiffeur.

Nous ne saurions donc trop vous recommander des toiletteurs spécialistes du Schnauzer pour en avoir présenté eux-mêmes en expositions ou tout simplement en raison de leur amour particulier pour cette race.


La cynophilie

La confirmation : Elle est obligatoire pour les reproducteurs des deux sexes. Il s’agit d’accorder au chien un droit de reproduire des chiots qui, parce qu’inscrits au L.O.F. (Livre des Origines Français), pourront se voir attribuer un certificat de naissance. A condition que leur naisseur accomplisse les formalités nécessaires dans le temps qui lui est imparti. Il faut expliquer à un propriétaire se désintéressant complètement de la reproduction que son chien est définitivement, jusqu’à sa mort, enregistré comme né de parents « à papiers », que, s’il perd le certificat de naissance, il pourra toujours en obtenir un duplicata quel que soit l’âge de son compagnon. Aucun texte de loi n’oblige la confirmation en dehors du circuit de la reproduction. Donc, si l’on souhaite qu’il reproduise des chiots inscriptibles, le chien devra, lorsqu’il aura atteint l’âge requis, être présenté à un expert-confirmateur dans une exposition canine officielle (sous le patronage de la Société Centrale Canine). Les refus de confirmer un chien sont toujours motivés. La liste des motifs de refus comporte des motifs généraux (manque de type, taille en dehors des limites du standard), des critères particuliers précisant en quoi le chien n’est pas dans le type de sa race, des motifs concernant la robe (poil et couleur, y compris des yeux et de la peau), des anomalies (concernant l’ajustement des mâchoires, le nombre de dents, les testicules, etc.), enfin des motifs concernant le caractère (agressivité, crainte).

Les expositions :

1°) Elles ont trois fonctions :

  • La vitrine de l’élevage canin : C’est la présentation au public dans un même lieu du plus grand nombre de races canines. Le contact entre les propriétaires exposants et les visiteurs n’a pas qu’un but commercial en vue de vente ultérieure mais il est également une transmission des connaissances acquises sur les races.
  •  Le jugement des chiens : L’examen des chiens a lieu par race et par sexe, dans un enclos : le ring. La cynologie française a établi un système de classement pour différencier et répertorier les différentes races de chien. Il a été décidé que chacune des races serait classée en fonction du groupe de travail auquel elle appartient. Dix groupes sont ainsi reconnus. En ce qui concerne le groupe « hébergeant » les schnauzers, voici les races les plus populaires en faisant partie …

2ème groupe : Pinscher, schnauzer, molossoïdes et bouviers suisses : Bouvier Bernois, Boxer, Bulldog, Cane Corso, Chien de Montagne des Pyrénées, Doberman, Dogue Allemand, Dogue Argentin, Léonberg, Pinscher, Saint-Bernard, Rottweiler, Schnauzer, Shar Pei, Terre Neuve ..

Le jugement a une très grande importance pour l’éleveur ou le propriétaire. Chaque chien est d’abord jugé selon le standard de sa race. Le juge relèvera les qualités et les défauts du sujet qui lui est présenté et lui accordera un qualificatif, Excellent, Très bon, Bon, Assez bon, Insuffisant. Il sera ensuite comparé aux autres concurrents et classé. Pour deux concurrents de valeur égale, c’est la qualité de la présentation qui fera la différence. Le jugement et le classement obtenus par les chiens de sa production guident l’éleveur dans la conduite de son élevage.

  • Les stands commerciaux : Ils sont divers et présentent au public tout ce qui a trait à l’élevage canin : les aliments, les produits d’entretien du chien et des locaux, « l’habillement » colliers – laisses – manteaux, les accessoires de transport, les revues et livres consacrés au chien.

2°) Pourquoi et comment engager un chien ? Le terme « beauté » pouvant prêter à confusion, les championnats de beauté s’appellent maintenant « championnats de standard ». Avant de décider l’engagement d’un chien en exposition, il est souhaitable de prendre conseil auprès du producteur ou d’une personne connaissant bien la race. Les revues canines telles « Vos Chiens » publient généralement dès la fin de l’année le calendrier des expositions canines nationales et internationales qui auront lieu en France au cours de l’année suivante. C e sont les Sociétés canines régionales qui organisent les expositions. C’est donc à elles qu’il faut adresser une demande de feuille d’engagement.

Les différentes classes (à partir du 1er Juiller 2004)

  • Classe puppy : pour les chiens âgés de 6 à 9 mois.
  • Classe jeune : pour les chiens âgés de 9 à 18 mois
  • Classe intermédiaire : pour les chiens âgés de 15 à 24 mois.
  • Classe ouverte : pour les chiens ayant atteint l’âge de 15 mois à la veille de l’ouverture de l’exposition
  • Classe travail : pour les chiens ayant atteint l’âge de 15 mois à la veille de l’ouverture de l’exposition et tituliares de l’attestation permettant l’engagement en classe travail délivrée par la SCC
  • Classe champion : réservée aux chiens déclarés Champions de Beauté nationaux des pays membres de la F.C.I. et aux chiens déclarés Champions Internationaux de la F.C.I. (Fédération cynologique internationale) âgés de 15 mois.
  • Classe vétéran : pour les chiens de 8 ans et plus.

La préparation du chien : Elle doit être prévue longtemps à l’avance, surtout si le chien n’a jamais été exposé. Elle porte sur trois aspects : la condition physique, c’est-à-dire l’aspect général du chien en particulier pour les chiens à poils longs nécessitant un toilettage important, ou comme c’est le cas pour les schnauzers, pour les chiens qui nécessitent une épilation. La présentation, qui comprend la marche en laisse, la bonne attitude dans le ring et, pour les schnauzers nains, sur la table d’examen. Le mental, le chien ne doit pas être peureux mais attentif. Il ne doit pas être agressif avec les juges ni avec ses congénères. Autant dire que plusieurs mois de travail sont parfois nécessaires pour arriver à un bon résultat.

Le jugement : Le juge est en général un éleveur ou un ancien éleveur. Il a été exposant lui-même et l’est peut-être encore occasionnellement. Il va examiner les chiens en deux temps : D’abord chaque chien individuellement puis l’ensemble de la classe en comparant les concurrents les uns par rapport aux autres. Lorsqu’il a terminé, le juge remet à chacun des exposants un carton portant le qualificatif attribué au chien. Les 4 premiers chiens sont classés : 1er, 2ème, 3ème et 4ème. En classe ouverte, le meilleur des excellents se voit décerner le qualificatif de CACS (Certificat d’aptitude au championnat de standard), le second celui de RCACS (Réserve de CACS). Plusieurs dizaines de CACS sont attribués chaque année en France. L’heure à laquelle on peut définitivement quitter l’exposition est indiquée dans le catalogue. Profitez de l’après-midi pour visiter les stands commerciaux qui vous proposeront tout sur le chien.


Les activités sportives

L’agility nous vient d’Outre-Manche. Créée en 1978, cette discipline a pour but d’éduquer ces braves toutous par le jeu ( sauts d’obstacle, passage sur une bascule, etc… ). Elle permet aux chiens non inscrits à un Livre d’Origines de participer aux concours jusqu’à un certain niveau. Devenue très appréciée, l’agility a ouvert ses portes dans le monde de la compétition. Elle compte aujourd’hui son Championnat de France.

agility1agility2

Field-Trials épreuves de chasse …

La finalité des Field-Trials, consiste en l’amélioration des Chiens d’Arrêt, des Retrievers, des Broussailleurs, par la découverte sur le terrain des meilleurs représentants de chaque race en leurs accordant le titre Trialer. Des épreuves de menées à voix sur lièvres, la recherche au sang, les chiens de cavage (chasse sous terre), toutes ces épreuves permettent l’obtention du CACT (Certificat d’Aptitude au Concours de Travail) de la S.C.C. ou du CACIT (Certificat d’Aptitude au Championnat International de Travail) de la FCI. Ceci contribue à la reconnaissance des chiens et les désignant à l’attention des éleveurs et des utilisateurs que sont les chasseurs.

Il existe un certain nombre d’autres épreuves :

  • le BICP (Brevet International de Chasse Pratique) : il s’agit d’épreuve en deux parties; sur terre en présence de gibier et à l’eau avec recherche de gibier.
  • le BTE (Brevet de Travail à l’Eau) et les concours Saint HUBERT (le chasseur et son chien).

Ring, RCI, Obéissance

Disciplines ouvertes aux chiens de berger et de garde inscrits à un livre d’origines. Elles font appel aux meilleures qualités du chien par des exercices de sauts exigeant conditions physiques et souplesse, par des exercices d’assouplissement synonymes d’une obéissance parfaite, alliant courage, hardiesse et équilibre caractériel. Des concours sont organisés (brevet, échelons I, II, III). Chaque année a lieu un Championnat de France.

  • Le Ring est composé d’obéissance, de défense du maître et de mordant.
  • Le programme RCI (Règlement du Concours International) est soumis aux règles de la FCI (Fédération Cynologique Internationale). Il contient lui aussi des épreuves d’obéissance et de défense du maître. De plus, il y est également effectué du pistage.
  • L’épreuve IPO est également constituée d’obéissance, mordant, défense et pistage. L’IPO contient, tout comme le ring, plusieurs niveaux; IPO 1, IPO 2… avec une difficulté grandissante en fonction des niveaux.