La réglementation

Les papiers du chiotAu moment de la vente, le vendeur doit obligatoirement vous remettre des documents qui sont pour vous et votre nouveau protégé des garanties.

La carte de tatouageTout chien vendu ou cédé gratuitement doit obligatoirement être identifié par le vendeur ou le donateur grâce au tatouage. Ce numéro d’immatriculation est fait à l’intérieur de l’oreille ou de la cuisse à l’aide d’un dermographe ou d’une pince. Une fois tatoué, le chien est enregistré sur le fichier central de la Société Centrale Canine. En cas de perte ou de vol, il est ainsi plus facile de l’identifier et de retrouver ses maîtres. La carte de tatouage se compose de deux parties : le volet A est remis à l’acheteur, le volet B est envoyé à la SCC.

Le carnet de vaccinationMême si ce n’est pas obligatoire, un éleveur sérieux doit faire vacciner ses chiots dès l’âge de 8 semaines contre la maladie de Carré, l’hépatite de Rubarth, la parvovirose et la leptospirose. Il doit donc vous remettre le carnet de santé attestant que les vaccins ont bien été effectués et mentionnant les types et dates des vaccinations réalisées, ainsi que les vignettes correspondantes validées par le cachet du vétérinaire.

14

Le certificat de naissance : Ce document est l’arbre généalogique du chien. Il est délivré à la suite de la déclaration d’inscription de portée envoyée par l’éleveur à la SCC. Le certificat de naissance, également appelé « pedigree provisoire » apporte la preuve que les parents du chiot sont de pure race. L’acquéreur pourra le transformer en « pedigree définitif » lorsque son chien, une fois adulte (12 à 15 mois) aura passé avec succès un examen de confirmation devant un juge officiel. Vous ne pouvez pas exiger ce document lors de l’achat, mais le recevrez dans un délai qui peut aller jusqu’à six mois.

Le contrat de vente : Lors de la cession du chiot, l’éleveur doit remettre à l’acquéreur une attestation de vente signée des deux parties et comportant les mentions suivantes : le nom et les coordonnées du vendeur et de l’acheteur, l’identité du chien (race, âge, numéro de tatouage), la date de la vente, le prix de vente. D’autres indications telles que le nom du vétérinaire choisi par chacune des parties, l’usage que l’on souhaite faire du chien (compagnie, chasse, production) et les vaccinations peuvent également figurer.


La vaccination

La maladie de Carré : Egalement appelée « maladie des jeunes chiens », cette affection virale hautement contagieuse frappe les animaux de tous âges et plus particulièrement encore les chiots. La transmission se fait par contact direct ou par projection lors de la toux. Quelques symptômes : température élevée, écoulements purulents au niveau des yeux et du nez, toux tenace, vomissements et diarrhées … Une fois la maladie déclarée, le traitement est aléatoire et les séquelles nombreuses.

L’hépatite de Rubarth : Cette maladie virale et contagieuse se transmet par les urines et peut entraîner la mort en quelques heures. Les symptômes : un affaiblissement rapide accompagné d’une forte température, de gros ganglions, de troubles oculaires et digestifs.

La Parvovirose : Cette maladie très contagieuse est transmise par les excréments et les objets souillés. Due au parvovirus, un virus redoutable et très résistant aux désinfectants usuels, la maladie est fatale dans une période allant de un à six jours. Si le chien passe le cap des cinq jours, il a des chances de guérir, mais peut garder des séquelles. Les symptômes : un état de prostration, suivi de vomissements et de diarrhées hémorragiques entraînant rapidement la mort.

La Leptospirose : Généralement mortelle, elle se transmet par voie orale. Véhiculée par l’urine des rats et desmulots, la transmission se fait par contact direct avec des animaux infectés ou par inhalation ou ingestion de terre, eau, matériel ou produits alimentaires contaminés. Cette maladie est contagieuse même pour l’homme. Le sujet meurt généralement 4 à 5 jours après la manifestation des premiers symptômes. Seule la vaccination est efficace. Les symptômes : la maladie peut se manifester sous la forme d’une gastro-entérite hémorragique ou d’une insuffisance rénale sévère …

La Toux de chenil : Cette maladie respiratoire virale très contagieuse est causée par différents virus et bactéries, notamment celui de la maladie de Carré. Elle 5atteint surtout les chiens jeunes vivants en collectivité (chenil, animalerie, pension) et dans de mauvaises conditions d’hygiène. Les symptômes : écoulement nasal et oculaire, trachéïte associée à une laryngite et à une bronchite. Une toux quinteuse et forte apparaît, semblable à celle de la coqueluche des enfants. Cette maladie peut évoluer vers une pneumonie. Le chien a une chance sur deux de survivre.

La Rage : Cette maladie atteint tous les mammifères, y compris l’homme. Elle se transmet par griffures ou par la salive lors de morsures. Les symptômes : le virus atteint le système nerveux, provoquant des troubles du comportement puis des crises de démence, une paralysie et la mort en quelques jours. Tant que le rappel des vaccinations n’aura pas été effectué, évitez tout contact avec la rue et/ou de le mettre en rapport avec des chiens étrangers dont on ignore s’ils sont vaccinés.

ATTENTION : Les vaccinations sont à renouveler en moyenne tous les ans. Le vaccin contre la rage ne peut pas être effectué avant l’âge de trois mois. Un « oubli » peut avoir des conséquences catastrophiques.


La vermifugation

La protection de l’animal parasité : Si tous les parasites intestinaux du chien n’ont pas la même agressivité, certains sont particulièrement pathogènes, comme les Ascaris: retard de croissance, carences en vitamines, diminution des défenses immunitaires, diarrhées chroniques, etc… On sait qu’une majorité de chiens est infestée à la naissance (transmission placentaire ou par le lait) : le parasitisme n’est donc pas limité aux chiens errants!

La protection de la famille : Les parasites intestinaux peuvent être responsables de zoonoses, c’est à dire qu’ils sont susceptibles de se transmettre à l’espèce humaine.
Ainsi, les œufs d’Ascaris présents dans les selles des chiens (mais aussi des chats) peuvent être accidentellement ingérés par des enfants (attention aux bacs à sable…) et provoquer des troubles liés au syndrome larva migrans : des larves d’ascaris se développent dans le corps de l’enfant et se déplacent en touchant différents organes : poumons (pneumonies), foie (douleurs abdominales), et même dans les yeux (uvéites).
Certains ténias (échinocoques) sont la cause de troubles gravissimes, dûs au développement de kystes larvaires (kystes hydatiques) dans le foie, le cerveau.
Il est donc sage de vermifuger régulièrement l’animal pour se prémunir de ces maladies.

Calendrier de vermifugation : La vermifugation du chiot est essentielle : tout chiot doit être vermifugé dès l’âge de un mois, et tous les mois jusqu’à l’âge d’un an, afin de détruire tous les stades larvaires qui peuvent persister dans l’organisme jusqu’à cet âge.
Par la suite, la vermifugation sera adaptée au mode de vie de l’animal; en fonction des régions et des éventuels contacts avec les autres chiens, il faut vermifuger deux à quatre fois par an.

MaggieTia02Une vermifugation au printemps et à l’automne apparaît le minimum souhaitable pour tous les chiens.
La chienne gestante est également à vermifuger soigneusement; le risque de transmission de parasites aux chiots sera ainsi limité : traiter au moment de la saillie, puis 10 jours plus tard et 10 jours après la mise-bas.

Quels produits utiliser ? Tous les vermifuges ne se valent pas : chaque produit a son spectre d’activité, certains sont à éviter sur la chienne gestante, d’autres ont une meilleure activité larvicide (important chez le chiot).
D’autre part, les présentations sont multiples et adaptables à tous les cas de figure : comprimés, pâte en seringue, liquides, et même “spot-on” (liquide à poser sur la peau) … Les vermifuges modernes sont par ailleurs dépourvus d’effets secondaires (vomissements, diarrhée) et ne nécessitent pas de précaution particulière (pas de mise à la diète dans la plupart des cas).
Pour ne pas vous y perdre, le plus simple est de demander conseil à votre vétérinaire. Souvenez-vous que la délivrance d’un médicament par votre vétérinaire ne passe pas obligatoirement par la consultation : n’hésitez pas à lui demander conseil.

A la vermifugation doit être associée une prévention contre les parasites externes qui trouvent souvent refuge dans le pelage de votre chien. Les traitements antiparasitaires existent sous forme de sprays à vaporiser, de gouttes vendues sous forme de pipettes, de poudre, de shampooings ou de comprimés. Ils sont un excellent moyen de prévention contre les puces, poux, tiques et autres indésirables. Le chien devra être traité plusieurs fois dans l’année, notamment au printemps et à l’automne.